Mentoring

Le mentoring désigne une relation interpersonnelle de soutien, d’aide, d’échanges et d’apprentissage entre deux personnes qui se trouvent dans le contexte professionnel. Une personne d’expérience (le mentor) offre sa sagesse acquise et son expertise dans le but de favoriser le développement d’une autre personne (le mentoré) qui veut perfectionner ses compétences ou ses connaissances et qui doit atteindre des objectifs professionnels.
Comment est-ce que le mentor procède ? Il incite le mentoré à utiliser les ressources disponibles pour s’améliorer. Il accompagne le mentoré dans la recherche et la mise en application de ses solutions propres et dans le développement de l’autonomie personnelle. Le mentor va accueillir, guider, enseigner, entraîner son mentoré, tout en étant son modèle. Il va fournir des défis au mentoré tout en lui offrant la possibilité de faire ses preuves. Le mentoring va plus loin que la transmission des expériences : le mentor va transmettre au mentoré les enseignements tirés des situations vécues.

Nous pouvons résumer la relation comme suit :

mentoring_FR

Quand utiliser le mentoring comme technique de formation?

Souvent, les entreprises qui mettent en place du mentoring cherchent à responsabiliser leurs travailleurs, renforcer le lien social, éviter l’apparition de tensions internes afin de rendre l’entreprise plus soudée, favoriser la circulation des informations et obtenir à terme une meilleure performance.

Le mentoring est utilisé le plus souvent lors d’engagements de nouveaux travailleurs. Le mentor va alors accueillir son mentoré ce qui facilitera l’intégration du nouveau personnel. Plutôt que de faire intervenir des acteurs externes (sociétés de formation, coachs…), on va désigner des personnes expérimentées en interne pour devenir mentor. En effet, les entreprises disposent souvent en interne d’une réserve de connaissance de grande qualité. Cela a comme avantage qu’elles connaissent bien la structure de la société, elles disposent d’un réseau établi et ont une expérience avec les méthodes de travail. Grâce au mentoring, l’entreprise sauvegarde les connaissances. De plus, le mentoring permet la création d’un lien social et l’apparition d’un sentiment de reconnaissance chez les personnes choisies pour devenir mentor. Cet accompagnement réduit le temps d’intégration et il a été démontré que lorsqu’une personne se sent soutenue dès son arrivée dans une entreprise, elle lui sera plus fidèle à long terme.

Critères de succès d’un mentoring

Le succès d’un programme de mentoring repose sur plusieurs critères :

La relation de confiance
L’un des critères importants du succès d’un mentoring est la bonne relation entre les deux acteurs. Il faudra veiller à ce que celle-ci se mette en place et évolue correctement dans le temps. Si cela s’avère nécessaire, il faut laisser la possibilité soit au mentor soit au mentoré de mettre fin au mentoring ou encore prévoir la possibilité de désigner un nouveau mentor.

L’indépendance et la confidentialité
Le mentor ne peut avoir un lien hiérarchique avec son mentor et leurs échanges doivent être confidentiels.

Une formation adéquate pour le mentor
Pour que le mentor puisse accompagner au mieux son mentoré, il doit être formé et accompagné également dans sa démarche.

Les deux acteurs doivent disposer du temps nécessaire
Dans la pratique, cette relation peut prendre plusieurs formes : des rencontres ponctuelles en face à face, des contacts par téléphone, par mail… Il faudra veiller à ce qu’autant le mentor que le mentoré dispose du temps nécessaire. Il est important de bien fixer les échanges dès le début. Une préparation des rencontres formelles est également primordiale.

Faire un suivi régulier de la satisfaction et des objectifs atteints
Avant de commencer l’accompagnement, il faut identifier et nommer les objectifs. Cela va permettre aux deux acteurs de suivre l’évolution de la relation et de capitaliser sur ses avancées. De plus, il faut prévoir un soutien si cela s’avère nécessaire pendant le processus.

Bien entendu, il faut également veiller à bien sélectionner les mentors. Les qualités dont ils doivent faire preuve sont les suivantes :

  • Être prêt à transmettre son savoir et à partager son vécu: Certaines personnes considèrent que la connaissance représente le pouvoir : elles auront donc des difficultés à partager celle-ci avec d’autres et il n’est pas recommandé de leur confier le rôle de mentor
  • Communiquer de façon efficace: En effet, afin de transmettre les informations dont le mentoré a besoin et ce de manière structurée, le mentor doit avoir de très bonnes compétences en communication. Pour cela, il devra également être capable de poser les bonnes questions.
  • Comprendre le contexte: Le mentor doit avoir une vision claire de la culture organisationnelle, des objectifs à atteindre ainsi que de la forme que prendra le mentoring.
  • Être un facilitateur: Il doit explorer avec son mentoré les intérêts et les talents de celui-ci. Il doit également stimuler la capacité du mentoré de résoudre soi-même les problèmes rencontrés.
  • Être capable de confrontation: Il doit pouvoir mettre le mentoré devant ses responsabilités, sans pour autant le faire de manière très directe ou brusque. Le mentor doit pouvoir reconnaître des comportements d’évitement, de doute ou encore de rationalisation afin d’en discuter ouvertement avec le mentoré.

Public cible d’un mentoring

Tout le monde peut bénéficier de l’aide d’un mentor. Néanmoins, le mentoré devra avoir certaines qualités :

  • Il doit être ouvert à apprendre de nouvelles choses
  • Il doit reconnaître que les enseignements tirés de l’expérience de son mentor peuvent apporter une plus-value dans son évolution
  • Il doit être prêt à bâtir une relation de confiance avec son mentor
  • Il doit avoir une vision claire sur ses objectifs
  • Il doit poser des questions et donc prendre le temps de réfléchir aux domaines dans lesquels il souhaite évoluer
  • Il doit être réceptif aux commentaires de son mentor afin de s’améliorer
  • Il doit se rendre disponible et préparer les entretiens

Comment construire un mentoring dans le cadre d’un trajet de formation ?

Il est important de définir au niveau global qui seront les personnes qui pourront bénéficier du statut de mentoré et de mentor. Le mentoring nécessite de poser un cadre qui va préciser sa durée, sa mission, les différents objectifs ou encore sa périodicité. Lorsqu’un mentoring n’est pas organisé de manière claire, les échanges risquent de devenir de plus en plus vagues.

À la fin du mentoring, il faudra effectuer une évaluation sur les points suivants :

  • Les acteurs ont-ils apprécié le mentoring ? Sont-ils satisfaits ?
  • Quelles sont les connaissances, attitudes acquises ?
  • Est-ce que le mentoré applique ce qu’il a appris ? Quels sont les nouveaux comportements professionnels observables ?
  • Quel est l’impact du mentoring sur l’entreprise ?
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *